Articles avec #revue de presse tag

Publié le 5 Mars 2012

« Loulou », François Deguelt, sera de la fête


Si Frédérique Deghelt présentera et dédicacera son roman le week-end prochain, François Deguelt, son oncle, sera là lui aussi. « François ressemble mon père, disparu à l'âge de 46 ans, et je ressemble à mon père. » Un oncle avec lequel s'est tissé un lien particulier, autour de l'écriture. « Un jour, se souvient Frédérique, il m'a dit : je te connais depuis l'enfance et cela me fait bizarre de lire ce livre. De découvrir une femme que je ne connais pas en fait. »

Une admiration réciproque s'est forgée : « François est un poète de la même veine que Brel et d'autres. Il suffit de se pencher sur un texte comme "Libération". » Une chanson où il est question de Barbezieux, de Chichinette et des Allemands.

 

Loulou, Louis Deghelt-alias-François Deguelt est né à Tarbes en 1932. Il a été élevé par sa grand-mère, qui habitait au Champ-de- Foire, à Barbezieux. Il s'accompagnait de sa guitare. On lui doit « Le Ciel, le soleil et la mer », refrain le plus connu, mais aussi des textes forts comme « La Libération », citée par sa nièce, « Che Guevara », « Ce jour-là », ou encore « La Mélancolie ». Le chanteur a connu le succès dès les années 50. Il était attendu dans les cabarets de la butte Montmartre.

Il a rapporté des prix comme celui de l'académie Charles Cros en 1956 ou encore le Coq de la chanson française en 1959. En 1960, il a représenté la principauté de Monaco au concours de l'Eurovision. François Deguelt était un ami proche de Daniel Reynaud, « l'écriturier de Berbezil ».

En 2003, sur l'invitation du comité d'animation culturelle, il s'était produit en concert, au théâtre du château devant une salle comble et médusée. Il est très attendu pour ce retour en terre barbezilienne.

 

Lien : http://www.sudouest.fr/2012/03/05/loulou-francois-deguelt-sera-de-la-fete-650600-1179.php

Voir les commentaires

Rédigé par Nicolas

Publié dans #Revue de presse

Repost 0

Publié le 21 Février 2012

Il s'agit d'un article paru dans Sud Ouest : link

 

http://www.sudouest.fr/images/2012/02/21/639115_19336547_460x306.jpg

 

Barbeziliens de cœur, Suzette Jardry et Jean-Michel Descombes ont retrouvé leurs racines quand l'heure de la retraite a sonné. Le temps aussi pour ses deux anciens camarades de lycée de partager leurs souvenirs en commun qui remontent au début des années 50.

Une nostalgie cultivée autour de l'un des leurs, François Deguelt. L'auteur du tube de l'été 1965 « Le Ciel, le Soleil et la Mer », de son vrai nom Louis Deghelt, a été élevé par sa grand-mère maternelle à Barbezieux avant de prendre son envol artistique. « Le salon de coiffure de sa grand-mère était à l'angle de la place du Champ-de-Foire », se souvient Jean-Michel Descombes.

L'homme de cinéma a joué l'entremetteur pour l'organisation d'une soirée en l'honneur de Frédérique Deghelt, la nièce de François. L'un de ses romans « La Vie d'une autre » édité en 2007 chez Actes sud, a été adapté pour le grand écran par Sylvie Testud. « Le film vient de sortir mais dès que j'ai eu connaissance du projet, il y a six mois, j'ai pris contact avec Frédérique. Elle m'a confié que revenir à Barbezieux, où elle a passé toutes ses vacances, était le plus beau cadeau qu'on pouvait lui offrir ! » Sa mère, Marie, et son oncle, François, seront de la soirée, le 9 marS (lire ci-dessous).

Une bande de copains

Suzette Jardry et Jean-Michel Descombes sont impatients de retrouver leur ancien camarade du lycée Élie-Vinet pour se remémorer des anecdotes. Entre histoires de cœur et chronique d'une bande de copains. « À l'époque, raconte Jean-Michel, il était en classe de première et moi en cinquième. Nous étions tous les deux amoureux de la même fille, je n'ai pas fait le poids quand il lui a chanté "Je hais les dimanches"… »

La bande de copains, dont faisait partie Daniel Reynaud le « poète écriturier de Barbezil », se donnait rendez-vous sur les bancs du boulevard Chanzy, François la guitare à la main. « Je n'oublierai jamais François et Daniel qui entonnaient du Brassens devant le cinéma en attendant la séance. » Suzette sourit. « Il chantait toujours et rencontrait beaucoup de succès auprès des filles surtout qu'il était plutôt beau garçon ! » Elle a suivi sa carrière comme Jean-Michel qui a gardé le contact pendant plus de cinquante ans.

En 1990, les deux Barbeziliens se sont retrouvés au Festival des musiques de Saint-Germain-en-Laye, L'Estival. « Avec mon épouse, Marie-Claude, nous participions à la programmation du festival. Cette année-là, nous avons réuni sur scène François et Daniel. » Un duo en lever de rideau qui avait fait sensation. En mettant à l'honneur Frédérique Deghelt en présence de son oncle François, les anciens du lycée fondent le secret espoir de revivre leur jeunesse le temps d'une soirée.

Voir les commentaires

Rédigé par Nicolas

Publié dans #Revue de presse

Repost 0

Publié le 8 Décembre 2011

Rédigé par Nicolas

Publié dans #Revue de presse

Repost 0

Publié le 23 Septembre 2011

102 22382

 

En cliquant sur l'image, elle s'ouvre dans une autre fenêtre qui vous permettra de lire le texte.

Voir les commentaires

Rédigé par Nicolas

Publié dans #Revue de presse

Repost 0

Publié le 8 Juillet 2011

http://www.ladepeche.fr/content/photo/biz/2011/07/08/201107081700_w350.jpg

Le duo François Deguelt et Thomas Fernandez a terminé cette soirée. / Photo DDM Claude Barreau © ladépeche

 

 

Samedi, sur la place des Cornières, les associations « Chanson Passion » et « Casti'Art » nous invitaient à la finale de la première édition du concours de chanson « La bastide qui chante ». Le public était nombreux mais aurait pu l'être davantage car le spectacle était gratuit et s'annonçait de qualité. Venus du Nord, du Tarn-et-Garonne, du Doubs, de Charente ou de Gironde, les huit candidats retenus pour la finale étaient des talents déjà confirmés. En lever de rideau, le public a applaudi les talents prometteurs de la jeune Théa avec Pierre Sicaud avant d'accueillir les candidats que le jury, dans lequel siégeaient François Deguelt et Jacqueline Boyer, allait avoir du mal à départager. Le prix du chanteur auteur-compositeur a été décerné à Simon Luro, de Bordeaux; le prix du jury à Ludivine, de Pontarlier, qui chantait Brassens à sa façon, tandis que le public n'arrivait pas à départager le Ch'ti humoriste Simon Leroy et la voix de Maeva. En seconde partie, le public a retrouvé ses jeunes années et les succès de ses 20 ans avec la voix chaude de Thomas Fernandez, de Bergerac, et du toujours jeune François Deguelt.

 

NDR: Thomas Hernandez et non Fernandez

Voir les commentaires

Rédigé par Nicolas

Publié dans #Revue de presse

Repost 0