Articles avec #biographie tag

Publié le 28 Avril 2010

La carrière de François Deguelt continue mais le chanteur a une affaire à faire tourner, ce cabaret parisien de la rue Norvins, "chez ma cousine" où il enregistra en 1974 son unique disque en public. L'adresse est connue et François qui s'éloigne peu à peu du show-biz y reçoit des nouveaux talents mais aussi ses amis.

Depuis ses débuts sur cette place du Tertre avec Pomme qui faisait la manche pour lui, François a toujours gardé une affection toute particulière pour ce milieu des cabarets, il était normal qu'il devienne propriétaire de l'un d'eux et qu'il pose une dernière fois ses valises pour un long moment dans ce Montmartre adoré.

Quelques très rares disques témoignent du talent du crooner avant la fin des années 70 puis tout va s'accélérer au début des années 80...


François décide enfin de quitter Paris, il s'installe à Sainte Maxime dans le Var, sur un voilier, le "Marie Marine" du nom de sa petite dernière qui a failli voir le jour en mer! Finis la vie de bohème épuisante, les émissions de télé en tant qu'animateur ou invité et les galas aux quatre coins de la France bien que François continue de chanter dans le sud, pour quelques privilégiés.

Il va passer du temps en mer, fuyant la vie tropézienne l'été pour les îles tout autour du monde...


En 1992, François Deguelt fête sur la scène du cabaret "La Villa d'Este" sur les Champs Élysées pendant trois mois ses 40 ans de carrière! C'est un bref retour à Paris, mais ce ne sera pas le dernier, il y en aura d'autres à la faveur des émissions de Pascal Sevran par exemple... À chaque fois, François élit domicile "au lapin agile", le plus vieux cabaret montmartrois et faisant fi de la publicité, il fait le boeuf avec les musiciens présents pour le bonheur des chanceux présents à ces moments là.


Il faudra attendre l'idée géniale d'un producteur de relancer les idoles des yéyé dans une tournée marathon pour que François sorte de sa réserve et c'est en 2006 qu'il accepte de se lancer dans cette aventure où on lui propose d'être le présentateur de la tournée âge tendre et tête de bois, en plus de chanter deux de ses plus gros succès (le bal de la marine et le ciel, le soleil et la mer bien sûr)...

Depuis, François a repris goût au métier, au travail et à la scène. Il avait continué d'écrire certes mais sous l'impulsion de sa fille et de sa femme, il a cette fois repris le chemin des studios et enregistre entre autres "la ballade du vieux montmartre" et "nostalgie du futur"...

Les gens du métier et le public redécouvrent un François Deguelt poète qui se moque pas mal de l'oubli médiatique car cela lui offre la liberté de chanter comme bon lui plait.

Plus de belles balades mais des chansons infiniment plus intimistes et mélancoliques qui révèlent ce que le succès avait caché, un vrai talent d'interprète et d'auteur. Peu à peu le succès revient.


En 2009, François entame une tournée en France et en Belgique. Mais rattrapé par des ennuis de santé, il décide à la fin de 2009 de prendre un peu de repos. Il entame en 2010 un nouveau projet de remonter sur scène avec deux copains à lui, Nicole Rieu et Gilles Dreu, le spectacle va être rôdé dans quelques mois et fourmillant de projets voilà qu'il parle d'un nouveau disque...


Il vit désormais dans une maison dans l'arrière pays varois avec sa femme créole et ses cinq chiens ! Père de cinq enfants, grand père aussi, celui que les médias ont toujours considéré comme le dilettante de la chanson française a encore des choses à dire et à chanter et il va le prouver...


Francois-Deguelt-8-copie-1.jpg

 

22 janvier 2014, il succombe à un cancer dans sa maison.


Voir les commentaires

Rédigé par Nicolas

Publié dans #Biographie

Repost 0

Publié le 27 Janvier 2010

Madagascar... Une île très particulière à laquelle François Deguelt va beaucoup s'attacher, il y vivra quelques temps, y reviendra en voilier très souvent, c'est un peu sa terre de prédilection...
Durant ces années 70, François va se faire de plus en plus rare et s'il enregistre encore quelques disques les premières années, ce sera de courte durée.
Les années précedentes ont été bien remplies, François qui souffre encore de sa rupture d'avec Dora Doll a besoin d'air mais on n'efface pas non plus déjà vingt années de métier d'un coup de balai et si le monde du show-biz évolue vers le merchandising et la promotion à tout-va, François part à l'opposé, vers ce qu'il appelle l'artisanat !

François Deguelt se produit quand même à l'Olympia, en 1972. Il fète sur cette scène ses 40 ans mais aussi ses 20 ans de carrière, 20 ans de succès. Au départ de cette aventure, il ne devait que présenter la vedette de la soirée, Liza Minelli; en première partie il y avait Maurice Dulac et Marianne Mille, deux jeunes auteurs prometteurs. Face à la demande pour ne pas dire à la pression des fans, le gérant de l'Olympia, le célèbre Bruno Coquatrix, demande à François de bien vouloir entonner quelques airs, ce que François fera avec beaucoup de gentillesse et de professionnalisme. Ce sera la dernière fois qu'on le verra sur une grande scène parisienne... 

En 1973, il s'offre un cabaret, à Montmartre, "chez ma cousine". Il y reçoit ses amis parmi lesquels Nicoletta et Eddy Barclay, permet à des jeunes de se lancer tels que Dave, par exemple... Bref, plus que jamais la place du Tertre est son domicile professionnel (le cabaret existe toujours, il est à quelques mètres de cette place, rue norvins, il est tenu par l'ancien barman de François, Roger Dangueger). C'est dans cette petite salle de cabaret que François enregistrera en 1974 son unique disque "live" intitulé simplement "chez ma cousine". Une vraie rareté puisque ce disque n'a été édité qu'à 2500 exemplaires !

Ayant toujours préféré faire passer sa vie affective avant sa vie professionnelle, François Deguelt a cependant beaucoup de mal avec cette période où il navigue entre Paris et les îles, le voilier est devenu plus qu'une passion: un mode de vie.
Plongé dans une profonde dépression nerveuse, François a sombré dans l'alcool et mettra avec l'aide d'une psychiatre des années à se relever de cette situation...
Des années où sa carrière de chanteur ne l'intéresse plus guère, il continue parrallèlement une carrière d'animateur télé car dans ce domaine il fourmille de projets mais pour les fans le crooner a fait un choix et réentendre François Deguelt chanter prendra encore quelques années...

Voir les commentaires

Rédigé par Nicolas

Publié dans #Biographie

Repost 0

Publié le 21 Décembre 2009

Le succès de "le ciel, le soleil et la mer" ne se dément pas et François Deguelt, conscient que les choses sont éphémères, vit cette période à 100 à l'heure, enchainant les galas partout, les émissions de télé où il est invité ou bien présentateur et fidèle à ses premières amours, il n'abandonne pas le cabaret ce qui fait qu'on le voit partout, certes accompagné de sa discrétion et de sa gentillesse mais malgré tout, le succès lui monte à la tête, l'obligeant à des concessions...

En l'espace de trois ans, il va parcourir la terre entière pour entonner cet air célèbre!
Les enregistrements s'enchainent et sous la pression de la maison de disques Pathé Marconi François tente de recréer le même succès, ses 45 tours se vendent comme des petits pains, les "chansons pour le soleil et la mer" remportent un grand succès.

Devant cette avalanche de succès, François arrive malgré tout à imposer aux producteurs que désormais il ne chantera plus que ce qui le chante! Et c'est avec l'amitié et la complicité de Jean-Pierre Mottier qu'il va écrire dans cette période les chansons qui lui correspondent le mieux, l'apothéose viendra en 1968 où en plein marasme il sort un 33 tours où il n'est accompagné quasiment que par une guitare, citons "les bohémiennes, "les beaux dimanches"...
1968 c'est aussi la date de sortie de "Che Guevara", chanson qu'il ira jouer devant 100.000 spectateurs à Varadero, près de Cuba ce qui lui vaudra les foudres du PCF car c'était voler le "rôle" de Jean Ferrat! On avait déjà oublié que François n'était pas qu'un simple chanteur de plage mais bel et bien un artiste avec des idées, des choses à dire!
1968 c'est encore le succès inattendu en ce temps où les guitares électriques sont en train de matraquer toutes les oreilles de cette musette intemporelle: "le bal de la marine".
Ce disque sera le troisième et dernier disque d'or de François Deguelt, il lui assurera la liberté totale de composer, d'écrire, de chanter, toujours avec Jean-Pierre Mottier et Jacques Denjean, on remarquera ainsi la sublime "la libération"  où il raconte avec ses yeux d'enfant le dernier jour de la guerre à Barbezieux.

L'année suivante François revient à des chansons de crooner et c'est encore le succès, "minuit le vent la nuit" ou "c'était nous" font danser le slow à la France entière...

Mais cette fois François commence à vraiment fatiguer et à l'aube de ses 40 ans, il réalise que sa vie professionnelle a largement pris le pas sur sa vie privée, son mariage avec Dora Doll bat de l'aile, il s'achèvera d'ailleurs en 1969 pour que chacun se consacre à sa carrière. Ce divorce laissera à François une profonde douleur, il entame une dépression nerveuse, boit beaucoup, fume trop, se dépense sans compter mais en pressentant qu'il est temps "d'aller rêver plus loin".
Depuis quelques années, il est propriétaire d'un voilier, le "marie marine" du nom de sa fille Marie avec lequel il s'évade régulièrement en mer, retrouvant ainsi les joies de son enfance en Charente...
En 1969 il n'habite plus Paris mais en mer, carrément et cette vie de marin, à l'opposé de sa vie de crooner, va finir par prendre le dessus...





Voir les commentaires

Rédigé par Nicolas

Publié dans #Biographie

Repost 0

Publié le 30 Novembre 2009

Et c'est mouvementé cette période là pour François Deguelt.

Des tas de changements. Le yéyé prend d'assaut la scène française laissant derrière lui les chanteurs plus classiques comme François qui ne se reconnait pas dans cette mouvance, il faut dire que l'ami François fête en cette décennie ses trente ans, le yéyé touche quant à lui les jeunes de vingt ans...
Pour autant, François Deguelt continue sans relâche, enchainant des émissions de radio et de télé comme présentateur, des galas partout, une seconde (c'est unique) participation à l'Eurovision où cette fois il se place deuxième, il reprend un titre de Claude Nougaro ("une petite fille") et en fait une jolie adaptation, il tourne même dans un film et participe à la bande-originale...
À côté de ça, dans sa vie, François a la même bougeotte. Il habite sur une péniche amarrée au pont de st-cloud, dans la seine-et-oise comme on disait, dans les yvelines, à Paris aussi... Enfin bref, l'homme est insaisissable mais l'artiste est encore là.
Dora Doll, comédienne très en vue du moment, devient une amie très proche puis une compagne, plus tard une femme (...).
Jean Pierre Mottier, un parolier, se lie d'amitié avec François et leur collaboration commence dans cette période, elle se poursuivra jusqu'à la mort de Mottier, en 1983.

Malgré tout, à aller trop vite on s'essoufle et si le yéyé perd de sa superbe, François lui commence à se fatiguer de cette vie à cent à l'heure.
Il envisage d'arrêter sa carrière pour reprendre des études de droit! Préparer une licence...
Partant de là, François décide encore d'enregistrer quelques disques, mais cette fois des chansons de lui, pas de reprises.
Il sort un 25 cms intitulé "auteur compositeur François Deguelt" avec les excellentes "marie mirage" ou "regarde bien" ou tout simplement "wim bam", le disque se vend très bien et se trouve aujourd'hui sur internet comme dans les bourses de disques assez facilement...
Un autre 25 cms que François va consacrer à lire un texte de Paul Géraldy, "toi et moi", le texte prend tout le disque, il faudra attendre l'émergence de Léo Ferré pour revoir des chansons aussi longues!

Puis décidément les marins n'aiment pas le creux de la vague!
Sort en 1965 le tube...



À Paris, un jour de pluie, François fait écouter à une amie une petite chanson qu'il a écrite chez lui, à Rambouillet après avoir entendu un quelconque slogan ou quelqu'un dire à la télé ces trois mots : "vous comprenez, avec le ciel, le soleil et la mer".
.Sur les conseils de cette amie, il fait écouter cela à son orchetrateur de l'époque, l'excellent Jacques Danjean qui le pousse à peaufiner quelques petites choses puis la chanson est immédiatement proposée en radio, même si François n'est toujours pas convaincu du succès qu'elle pourrait avoir et qu'elle va avoir.
En quelques semaines, François Deguelt est propulsé en tête des hit-parades rejoignant Hervé Vilard et Christophe alors jeunes débutants...

C'est la deuxième carrière de François Deguelt, celle où il passe de chanteur de charme à crooner, l'image va peser très lourd dans la suite de sa carrière...
Parallèlement, dans sa vie privée, les choses vont aussi s'accélérer, il épouse en décembre Dora Doll, redéménage, pense à s'acheter un voilier...
L'artiste est revenu sur le devant de la scène, l'homme, lui, rêve d'évasion...


Voir les commentaires

Rédigé par Nicolas

Publié dans #Biographie

Repost 0

Publié le 9 Septembre 2009

En 1956, François Deguelt décroche le Grand Prix de l'Académie du Disque Charles Cros, c'est enfin le début de la gloire et ça ne s'arrêtera plus...

En tournée avec Jean Nohain pour son émission "36 chandelles", il chante en première partie d'Edith Piaf dans toute la France! On l'entendra aussi sur les ondes mais en tant qu'animateur radio... S'il continue les cabarets (jusqu'à trois par soir...), François a aussi la chance de se produire dans des salles plus grandes, telles que Bobino ou l'Alhambra...
Partout l'on chante du Deguelt, François est alors un chanteur reconnu aussi bien dans la profession que par un public conquis!

En 1958, le service militaire le rattrape et voilà notre François obligé de partir sous les drapeaux, à Monthléry d'abord puis en  Algérie. À en croire les témoignages sur internet de ses camarades d'alors, il n'est pas non plus passé inaperçu durant cette période... Il finira d'ailleurs au Théatre aux Armées dans le Sahara mais c'est loin d'être une traversée du désert puisqu'il écrit alors le titre qui deviendra son premier disque d'or: "je te tendrai les bras". Dalida fera une reprise de cette chanson...
François obtient une permission pour défendre sa chanson au Concours du Coq d'Or de la Chanson Française, concours où il remporte la première place sur la scène de l'Olympia le 21 juin 1959.

Un an après, François reviendra sur cette même scène, en vedette cette fois mais 1960 dans les esprits marque surtout sa première participation au concours de l'Eurovision où il défend les couleurs de la principauté de Monaco avec une chanson de Hubert Giraud et Pierre Dorsey: "ce soir-là".
Il finira troisième... Sur un disque, il sera convié à chanter les grands prix 1960 comme "l'arlequin de tolède" ou "verte campagne", ces titres feront un tabac, les disques de François se vendent beaucoup!

Si durant cette période François Deguelt chante moins de chansons à lui pour se faire interprète, il fait néanmoins une rencontre importante puisqu'il croise la route de Jean Pierre Mottier qui va devenir son complice d'écriture...


Voir les commentaires

Rédigé par Nicolas

Publié dans #Biographie

Repost 0