Articles avec #articles tag

Publié le 21 Novembre 2010

La couverture de son livre  et le lien pour accéder à son site : http://linda-bastide.c.la/

 

Couverture.JPG

 

Et deux photos avec notre poète :

 

La-Mascotte-Mars-2010.jpg

avec-Thierry-Campion--la-mascotte-Mars-2010.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par Nicolas

Publié dans #Articles

Repost 0

Publié le 12 Novembre 2010

Linda Bastide est une fille du midi. De ce midi que le soleil inonde pour couvrir d’or et de lumière les souvenirs d’enfance et ceux d’une vie. Lorsqu’elle quitte son adolescence et son Narbonne natal pour s’en venir à Paris, ce sont alors les étoiles qui se font complices de ses jeux. Star ou starlette, elle se prénomme Jacqueline Vandal et tourne en France comme à l’étranger. En 1964, elle est la jeune fille du film de Jean-Claude Chambon Les Pieds nickelés aux côtés de Charles Denner, Jean Rochefort, Micheline Presle... La même année, elle poursuit la comédie avec Annie Cordy, Eddie Constantine et Nino Ferrer dans Ces Dames s’en mêlent de Raoul André. A l’instar de Jacquie, la jeune femme de La Dérive, le film de Paule Delsol, qui tente de réaliser ses rêves, Jacqueline Vandal troque son image de vamp des couvertures de magazines, pour l’aventure feutrée des couvertures de livres qu’elle se promet d’éditer. Un roman écrit comme un conte : Le journal immobile d’Eléonore, célèbre les attaches de Linda Bastide aux Corbières, tandis que Montmartre raconté par 36 poètes d’aujourd’hui, Ed. Poètes à vos plumes, confirme ses amours pour la poésie et ce Montmartre où elle a ancré son bateau depuis fort longtemps.

De la Cité Véron où elle demeure, à la rue Des Trois Frères, il n’y a qu’un pas. C’est là qu’elle retrouve son ami de toujours Marcel-Charles Gaichet. Comme elle, il a quitté les terrains de jeux de son enfance, les garrigues et ses asphodèles pour planter sur la Butte, le décor que ses rêves habillent chaque jour dans sa boutique du Tuturlu de la rue Berthe. Le tout Paris des arts et du spectacle pénètre dans l’antre du créateur pour y venir chercher sa poupée, son double, son autre moi, ou rêver l’espace d’un instant d’un monde féerique. Combien de divas, de Piaf à Bardot, de Greco à Dietrich, combien de Pierrots et Colombines, de Clowns et Arlequins, le Prince créateur de cet univers, tel un pygmalion magicien, a-t-il dessiné en quelques coups de pinceaux sur les visages de cire ou les têtes de porcelaine ? Poupées stars, poupées à taille humaine, tels les Aristide Bruant et Toulouse Lautrec, les danseuses du Moulin Rouge et Valentin le désossé, sillonnent la France et le monde, sans jamais faillir, sans jamais mourir.

C’est de cet homme et ami, dont Linda Bastide conte l’histoire et le talent dans ce livre préfacé par Jean-Manuel Gabert : l’enfant et ses crayons de couleurs, l’adolescent auteur d’une fresque gigantesque, l’étudiant des Beauxarts devenu illustrateur dans la publicité, mais aussi le peintre dont les tableaux côtés se vendent de par le monde, et le créateur de poupées qui l’amèneront à côtoyer les stars de toute une époque. Pour elles, le Turlutu de la rue Berthe sera un lieu de rendez-vous prisé au même titre que La Berchère nichée sur la colline près de Narbonne.

Dans ce lieu devenu mythique, les nuits d’été, Marcel-Charles Gaichet y organise les fêtes les plus folles, les spectacles les plus fous, où toute une génération d’artistes, de comédiens, de chanteurs, de musiciens… aimera se retrouver d’année en année, gardant au coeur le souvenir d’un temps que l’on ne connaît plus !

_____________________________________________________________________

Rendez vous au clocher de Montmartre ce dimanche 21 pour rencontrer Linda, dans son livre elle parle aussi de François Deguelt qu'elle connait bien, ils sont amis de longue date.

Voir les commentaires

Rédigé par Nicolas

Publié dans #Articles

Repost 0

Publié le 28 Septembre 2010

Un simple merci à vous tous et toutes qui êtes venu(e)s ce samedi à Bessèges pour voir et revoir notre ami François Deguelt.

Je ferai dans les prochains jours un article avec une petite vidéo pour résumer ce joli moment empreint de poésie et d'humour, d'amitié et aussi de mélancolie.

Jeanine, il me semble que François vous a dit où il habite, il n'y a donc aucun souci pour que vous alliez lui rendre une petite visite, votre réserve si touchante aux yeux du jeune homme à côté de moi qui n'est autre que mon compagnon de vie, Younès qui vous embrasse et vous salue derrière mon épaule au moment où j'écris, votre  réserve disais-je a forcément touché François, vous avez pu remarquer que votre crooner adoré est avant tout un homme simple.

 

Viviane, chère amie fidèle à François, nous sommes comme je vous le disais en mail, partis tôt dimanche matin, le TGV quand il n'est pas en retard n'attend pas, logiquement. Ce fut un moment agréable et il le fut car il fut agréable de le partager avec vous aussi.

 

Jean Paul, nous restons en contact, chose promise, chose dûe...

 

La suite dans l'article à venir et un autre merci d'ailleurs pour l'attachement que vous portez à ce blog.

Voir les commentaires

Rédigé par Nicolas

Publié dans #Articles

Repost 0

Publié le 23 Septembre 2010

François Deguelt aurait sans doute chanté cela très bien mais Ferrat le fait déjà très bien alors pourquoi ne pas lui faire une place?

 

De troudechemise (!), un bien joli montage :

Voir les commentaires

Rédigé par Nicolas

Publié dans #Articles

Repost 0

Publié le 15 Août 2010

Je viens d'avoir François Deguelt au téléphone car cette version de "je chante" dont je parle dans l'article précédent m'intriguait. Il s'agit d'un enregistrement fait en 1964 pour une émission de télé que François présentait alors et qui s'appelait... "douce France". Mystère résolu !

 

Désireux d'en savoir plus sur le spectacle à venir, j'ai questionné François qui est resté discret, j'ai réussi à savoir que le spectacle durera deux heures et puis c'est tout puisqu'en effet l'improvisation sera de mise même si chacun a déjà son tour de chant, bien sûr...

 

Alerté par notre amie Viviane concernant la sortie à la Fnac d'un autre disque de François, ce dernier m'a confirmé qu'il s'agit juste de la réédition d'un disque sorti chez Sony en 2003. 

C'est intéressant de se demander pourquoi Sony ressort cette compilation matinée de nouvelles chansons sinon comme le pense François parce que "la prochaine fois, ce sera un nouveau disque, y'en a marre des compilations" (je cite).

La photo qui illustre ce disque est signée... Marie Deghelt.

Marie, pour une raison que j'ignore, je n'arrive pas à vous faire parvenir de mails...

 

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41QPJF59TCL._SL500_AA300_.jpg

 

Voir les commentaires

Rédigé par Nicolas

Publié dans #Articles

Repost 0