Elle a dû oublier et Notre Dame de Clignancourt

Publié le 3 Janvier 2010

Deux extraits du concert de Chateauroux que l'on doit à nos amis Viviane et Jean-Pierre où l'on découvre là encore deux facettes du caractère de notre poète.

"Notre Dame de Clignancourt" est une chanson nouvelle, inédite en CD et "Elle a dû oublier" date de 1964.

Rédigé par Nicolas

Publié dans #Concerts

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jean-Luc Péhau-Ricau 10/12/2010 11:27



Linda Bastide m'a fait découvrir et redécouvrir ce chanteur ! que c'est agréable, les textes sont magnifiques ...



Nicolas 10/12/2010 12:55



Oui François Deguelt écrit toujours et en effet, avec l'âge, son écriture a changé mais elle est toujours aussi proche de sa vraie sensibilité.



Françoise 17/01/2010 22:42


Elle a du oublier .... un vrai petit bijou ! superbe "33 tours" plein de petites merveilles !


DEGHELT 01/08/2016 10:41

Je crois pouvoir dire que ce n'est pas simplement une question d'"âge" mais d'amour absolu car j'ai vécu plus de 21 années auprès de feu mon fiancé de mari et il était tourmenté, dans les 36e dessous lorsque nous nous sommes rencontrés. J'ai été une confidente, une compagne, une amie fidèle, une âme soeur, et maintenant une veuve.. Lui a été un fiancé de mari, une belle qualité d'homme, une belle qualité d'âme, mon compagnon, mon alter ego, un authentique romantique et nous avons réinventé la vie à 2 en créant ensemble un quotidien complice pavé de chants de possibles. Il s'est donc remis à composer et créer textes et musique de plus en plus intimistes, un peu moins crooner, beaucoup plus poète avec la même sensibilité et sa voix magique et inoubliable; Je suis marquée au fer rouge et très habitée par ce poète qui dort maintenant dans une étoile avec une belle lumière et chante avec les anges et avec d'autres poètes. Son regard était si bleu qu'on pouvait plonger dans le ciel et qu'il faisait toujours beau, il pouvait regarder le soleil dans les yeux sans lui faire de l'ombre et dans ses yeux, la mer semblait toujours calme, comme dans un rêve, même contre vents et marées. Je sais qu'il manque aussi à bien d'autres personnes qui l'aimeront toujours et en toute pudeur mais de toute mon âme, je sais qu'il restera dans mon coeur pour l'éternité.
Merci Nicolas

René Lousbergh 04/01/2010 12:05


 Merci à Viviane et Jean-Pierre pour ces deux excellentes chansons.
René